Urbanisme de projet, une révolution au mépris du patrimoine

 

Par Patrice Maire - le 16 juin 2011
Le 26-27 mai dernier, avait lieu le séminaire national "Urbanisme de projet". Le but ? Changer le code de l'urbanisme pour construire des logements, coûte que coûte, aider les promoteurs, les maires des communes et autres acteurs... et empêcher les associations d'y mettre leur frein. Seuls deux ou trois représentants d'associations de défense du patrimoine étaient noyés parmi environ deux cent fonctionnaires du ministère de l'écologie, représentants de collectivités locales et professionnels de la promotion immobilière. Six ateliers étaient proposés, durant deux fois deux heures, le temps de rassembler ses esprits pour quelque remarque pointue.
De toute façon, les orientations étaient déjà "ficelées". Ainsi, la possibilité de construire 40 m2 (au lieu de 20 m2) sans déposer de permis de construire était-elle unanimement contestée en réunion pour son inefficacité. Cela n'a pas empêché le secrétaire d'Etat chargé du logement, Benoist Apparu, de la maintenir, comme mesure phare, pour frapper l'opinion publique, car "Elle est simple à comprendre". De fait, les média n'ont retenu que cela. En réalité, le remaniement en cours est bien plus profond ; il passe d'une culture de "normes", qui permettent des recours devant les tribunaux, à une culture de facilitation des projets.

 

Lire l'article acrobat

Mis à jour (Lundi, 27 Juin 2011 22:01)