Malgré un thème abscons, la Biennale d'architecture met l'imagination au pouvoir
Le Monde - le 30 août 2012
Par Frédéric Edelmann

 

"Common Ground" : expression intraduisible de façon simple et que les organisateurs de la 13e Biennale d'architecture de Venise qui en ont fait le thème de l'événement ont préféré laisser telle quelle, comme David Chipperfield, le commissaire, l'a d'emblée suggéré après avoir été nommé, tard, bien tard.

Traduisons de façon libre : qu'ont en commun les acteurs de la ville, qu'ils soient architectes, urbanistes, maîtres d'ouvrage, politiciens, acteurs ou pompiers sociaux d'une misère galopante ? Des territoires, plus ou moins aptes à être habités, des problèmes de pauvreté et de violence, des moyens formidablement limités même dans les pays riches pour proposer un cadre de vie décent, et cette interrogation enfin, omniprésente : que sont les architectures, et quelles sont celles qui répondent le mieux aux problèmes communs de l'humanité ?

 

Lire l'article acrobat

Mis à jour (Vendredi, 31 Août 2012 10:58)