Aurélie Filippetti : "La culture est le disque dur de la politique"
Le Monde - Le 10 septembre 2012
Propos recueillis par Clarisse Fabre, Nathaniel Herzberg et Xavier Ternisien


A plusieurs reprises, la pendule du salon ministériel a rythmé les minutieuses explications de la ministre de la culture et de la communication. Il lui faut du temps pour exposer des choix difficiles. Confrontée à la crise économique "inouïe", selon ses mots, et à la perspective d'un budget en baisse, Aurélie Filippetti a reçu Le Monde, Rue de Valois, à Paris.
(...)
Le patrimoine a été ballotté ces dernières années par des règlements successifs. Entendez-vous reprendre ce dossier ?
Cinquante ans après la loi Malraux, il faut revoir certaines choses. Je prépare une loi qui aura trois volets. Le premier concerne les zones d'aménagement urbain : le texte en vigueur fait qu'en 2015 certaines zones protégées risquent de perdre leur statut. Il faut y remédier. Il faut aussi revoir les règles sur l'archéologie préventive, ouverte à la concurrence depuis dix ans. Des entreprises privées se sont mises sur le marché avec des stratégies particulièrement agressives. Nous allons donc rédiger un livre blanc et défendre l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Enfin, le dernier volet devrait concerner les archives. Le précédent gouvernement avait créé une catégorie d'archives incommunicables, concernant notamment les armes nucléaires, bactériologiques... C'est contraire à la notion même d'archives. Certains délais nécessaires avant consultation avaient été étendus. Il faudra revoir ça. Nicolas Sarkozy voulait instrumentaliser l'histoire. François Hollande veut rendre aux historiens les outils de leur indépendance.

 

Lire l'article acrobat

Mis à jour (Vendredi, 14 Septembre 2012 18:53)