Cessons de démolir des logements habitables
Le Monde, le 6 décembre 2012
Par Paul Chemetov

 

Mort d'un SDF ou expulsion pour impayés, ces faits divers tragiques et quotidiens ne parlent que d'une seule et même chose, d'un souci premier, partagé par tous : le manque de logements.

Une famille normale, une famille normée – deux adultes salariés et deux enfants – ne peut plus se loger, à Paris en tout cas, au plus près des services et destransports en commun et n'a d'autre choix que la lointaine périphérie, l'achat d'une ou de plusieurs automobiles et un temps de transport augmenté qui vient annulerla réduction du temps de travail, pour ceux qui en ont profité.

Il est aujourd'hui question pour mettre fin à ce manque de construire 500 000 logements par an, renouant ainsi avec le pic atteint en France au sortir des "trente glorieuses" et jamais dépassé depuis. La réponse donnée fut alors homogène en termes sociaux, architecturaux, constructifs et urbains. Il fallait construire, industriellement, comme on avait fait la guerre, loin de l'hétérogène de la ville existante et de ceux qui la peuplent.

(...)

 

Lire l'article acrobat

Mis à jour (Dimanche, 09 Décembre 2012 18:27)