L'énergie éolienne, la grande escroquerie
Reinformation.tv
Reportage d'Armel Joubert des Ouches

 

Depuis plus années, les éoliennes sont en train de recouvrir les paysages de France. 5.000 éoliennes aujourd’hui ; si rien n’est fait pour arrêter ce massacre, il y en aura 25.000 d’ici 15 ans. Des machines gigantesques de plus 140 mètres de haut pour certaines. Un parc éolien off shore est par exemple déjà prévu en face d’Arromanches, haut lieu du débarquement allié de juin 1944. La cathédrale de Coutances dans la Manche, saccagée par une éolienne située à proximité. Des exemples, parmi tant d’autres. L’éolien est un secteur dans lequel on peut gagner très rapidement beaucoup d’argent car subventionné par l’Etat. Les Verts, beaucoup de politiques, les lobbys usent toujours du même discours : la gratuité de l’éolien. C’est faux. C’est le contribuable qui le paie par une taxe prélevée discrètement sur sa facture, la CSPE. Un immense scandale financier et un massacre des paysages de France.


Consulter le document acrobat

 

 

Eolien: une gigantesque escroquerie
Contrepoints - le 27 septembre 2014
Par Jean-Louis Butré

 

L’éolien est une « gigantesque escroquerie » économique de centaines de milliards d’euros pris sur les factures des consommateurs d’électricité des ménages français. Il est en passe de détruire la France.
Un bilan économique désastreux : une industrie outrageusement subventionnée depuis 10 ans
En 2013 les 5000 éoliennes terrestres implantées sur la France ont produit 2,9% de la production d’électricité nationale. Cette performance peu glorieuse est la conséquence du taux de charge moyen annuel de 24% confirmant que les éoliennes ne sont pas compétitives économiquement.
Pour assurer artificiellement la rentabilité de ces usines d’aérogénérateurs, le mécanisme consiste en un tarif de rachat de l’électricité garanti par l’État supérieur de deux fois au prix du marché de l’électricité. Ce tarif vient d’être jugé comme une aide illégale par la Cour de Justice de l’Union Européenne, mais malgré cela, il a été reconduit par Mme Ségolène Royal, ministre de l’Écologie. Une requête en Conseil d’État pour le faire annuler définitivement a été déposée conjointement par la Fédération Environnement Durable, qui regroupe plus de 1000 associations, par Vent de Colère Fédération nationale et par Contribuables Associés.

(...)


Consulter le document acrobat

 

 

Mis à jour (Dimanche, 05 Octobre 2014 19:53)