Une instruction des permis défaillante
D'A - le 29 juin 2014
par Raphaëlle SAINT-PIERRE

 

Depuis plus de trente ans, la politique de l’État a consisté à se débarrasser d’à peu près toutes les instructions pour les léguer aux communes. La négociation des permis par les maires engendre un vrai problème démocratique. Et l’exigence de qualité est rarement portée par les élus.
Les architectes ont souvent eu à batailler pour imposer leurs œuvres et parfois dû élaborer des ruses originales. Au milieu des années 1960, le fantasque Roger Le Flanchec déjoue la réglementation en présentant un projet de maison régionaliste bretonne dressée sur un imposant soubassement en béton devant faire office de terrasse.
(...)
Le vice président de l'UNSFA souhaiterait voir davantage d'architectes dans les adminisitrations pour pouvoir conduire une politique où l'aménagement de l'espace serait pris en compte.
(...)
L'architecte des bâtiments de France: du grand méchant loup à l'allié.
"Dans ma région, autour de NIce et Cannes, j'accepte un projet de maison uniquement si son terrain se trouve dans une zone protégée par les Bâtiments de France car ils soutiennent notre travail depuis toujours. Sinon cela ne vaudrait pas la peine, nous serions obligés d'avoir des toitures en tuiles, des volets, l'arsenal habituel qui n'est pas adpaté à la mnière de vivre de nos clients ni au bénéfice que l'on peut tirer de parcelles complexes", dit franchement le Grand Prix de l'architecture Marc Barani.
(...)

Consulter le document acrobat

Mis à jour (Samedi, 13 Décembre 2014 13:38)