Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication
Prononcé devant le Conseil National des Professions du Spectacle (CNPS), le 1er juillet 2015, à Paris.


(...)
Pour ce qui est du budget 2016 sur lequel nous sommes en train de travailler et que je défends avec force, je peux d’ores et déjà vous dire qu’il sera, je le crois, représentatif de l’ambition affichée du gouvernement au service de la création et de la culture comme vecteur de lien social et de vivre ensemble. Je souhaite qu’il accompagne par exemple les mesures en faveur de la jeune création que j’ai dessinées hier et en soutien aux résidences d’artistes et aux compagnies ou qu’il permette par exemple un réinvestissement de l’Etat, mais dans des formes nouvelles, auprès du réseau culturel de proximité que sont les conservatoires.
Je l’ai fait en préparant le projet de Loi Liberté de création, Architecture et Patrimoine qui sera présenté en conseil des ministres le 8 juillet et qui sera la base d’un grand débat au Parlement sur nos outils au service de la création.
(…)

Premièrement, je souhaite que le ministère reste activement et pleinement présent dans tous les territoires, au plus près des acteurs et des collectivités, tout en renforçant son rôle stratégique de construction et d’impulsion des politiques culturelles.
J’ai fixé quatre objectifs pour l’organisation des DRAC :
> unicité : je suis formellement opposée au démembrement de l’administration culture et des compétences sur tout le territoire concerné ;
> maintien de la proximité territoriale des services : parce que je souhaite que les DRAC puissent exercer et développer leurs fonctions de conseil, d’expertise et d’ingénierie auprès des collectivités et des acteurs culturels ;
> adaptation des organisations des DRAC aux réalités des territoires pour une meilleure qualité du service public ;
> renforcement des fonctions stratégiques, pour que les DRAC puissent dialoguer avec les collectivités aux compétences élargies, notamment les régions et les métropoles, avec lesquelles il faut construire et développer des politiques culturelles territoriales convergentes et coordonnées.
Pour accompagner les changements en cours, notamment liés à la fusion des régions, j’ai souhaité confier, dès ce printemps, une mission à l’IGAC, pour anticiper et réfléchir aux évolutions possibles de nos nouveaux paysages culturels régionaux. L’état des lieux et le diagnostic que va réaliser l’IGAC sur les agences régionales, les orchestres, les opéras, et d’une manière générale sur toutes nos grandes structures culturelles en région, nous permettra de construire ensemble les réponses les plus adaptées pour poursuivre une diffusion de qualité de la culture dans tous nos territoires.
(…)

Consulter le discours acrobat

Mis à jour (Dimanche, 05 Juillet 2015 11:13)