SMART PLANNING for SUSTAINABLE CITIES
URBAN THINKERS CAMPUS
PARIS – Siège de l'UNESCO
20 et 21 janvier 2016
Retranscription de l'intervention d' Alain Marinos
Au lendemain des événements terroristes qui ont marqué de manière indélébile Paris et
plusieurs autres villes du monde, alors que partout montent en puissance les sectarismes
de tout bord et les extrémismes à caractère identitaire, je m'étonne du peu de place
donné, aujourd'hui, à la culture dans la ville. « Faire vivre ensemble les différentes
cultures » ne devrait-il pas être un des thèmes majeur que la France pourrait défendre à Habitat III.
Pourquoi n'ose-t-on pas évoquer ce sujet ? Est-ce parce qu'il dérange et embarrasse ? Il
s'impose aujourd'hui; avons nous le choix ; demain il sera peut être trop tard ?
Nos savoir faire sont attendus sur ces thèmes, n'oublions pas que la culture, d'une part, et
les droits de l'homme, d'autre part, ont fortement contribué à forger la réputation de la
France à l'étranger. De plus, nous avons à notre portée tous les éléments pour construire
des propositions.
Rappelons que nous sommes ici dans le lieu où, quelques dizaines d'années plus tôt,
Claude Levi Strauss à tenu plusieurs discours qui ont conduit à la rédaction de la
« Convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions
culturelles » (UNESCO - Paris 2005) dont l'initiative revient à des membres de la
communauté francophone. Cette convention rappelle que la diversité culturelle doit être
intégrée en tant qu’élément stratégique dans les politiques nationales et internationales de
développement, ainsi que dans la coopération internationale pour le développement
durable.
Nous bénéficions d'une longue expérience de terrain sur le sujet. Un exemple parmi de
nombreux autres : en 2014, la communauté d’agglomérations de Plaine Commune en
Seine-Saint-Denis (Île-de-France) a obtenu à l’unanimité le label Pays d’art et d’histoire ;
son président Patrick Braouezec a expliqué à cette occasion que la culture en Seine-
Saint-Denis était notamment constituée de la conjugaison des cultures issues de
l'immigration et que la construction d’un projet culturel devait se faire sur la base du vivre-
ensemble de ces cultures, indispensable pour garantir un développement urbain durable.
Le temps manque pour citer d'autres exemples et approfondir le sujet, je me contenterai
de finir par des propos très récents: « Toute intervention dans le paysage urbain ou rural
devrait considérer que les différents éléments d'un lieu forment un tout perçu par les
habitants comme un cadre cohérent avec sa richesse de sens. Ainsi les autres cessent
d'être des étrangers , et peuvent se sentir comme faisant partie d'un « nous » que nous
construisons ensemble », « Il ne sert à rien de décrire les symptômes de la crise
écologique, si nous n'en reconnaissons pas la racine humaine ( …) C'est la culture, non
seulement dans le sens de monuments du passé mais surtout dans son sens vivant,
dynamique et participatif, qui ne peut pas être exclue lorsqu'on repense la relation de l'être
humain avec l'environnement.» 1
Ces propos sont extraits de l'Encyclique « Laudato si » du pape François (2015).
1 / Extraits de l'encyclique « Laudato si » du pape François (juin 2015). Troisième chapitre : « La racine humaine de la crise écologique » et « l'écologie culturelle »